Construire une piscine naturelle

Construire une piscine naturelle

10/09/2018 0 Par Rojo

Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé, mais à moi, oui ! En fait, après quelques heures de nage (évidemment, dans une piscine classique), j’ai les yeux qui virent au rouge et les démangeaisons qui apparaissent. Mais est-ce que vous me croirez si je vous dis qu’on peut éviter ce genre de chose ? Avec une piscine naturelle, c’est tout à fait possible !

Une piscine biologique ou artificielle ?

S’il vous arrive encore de vous demander : dois-je construire une piscine naturelle ou une piscine artificielle dans mon jardin ?, vous aurez sans doute la réponse aujourd’hui ! Pour vous aider, je vais commencer par une courte comparaison.

Donc, lorsqu’on fait allusion aux piscines naturelles, l’on pense aussitôt au spectre de la pollution et la prolifération d’algues. Certaines personnes restent d’ailleurs dubitatives sur le fait d’en installer. Elles ne sont pas en connaissance de la magie de la conjugaison de micro-organismes et de la flore existante. Par contre, une piscine classique, dotée de son attirail de produits phytosanitaires, semble de prime abord inspirer confiance. Mais ne vous êtes-vous jamais demandé : ces mélanges de produits chimiques sont-ils nocifs pour la santé ?

Le concept d’une piscine naturelle

Si vous vous trouvez encore sur cette page, c’est que vous avez fait votre choix et avez opté pour la piscine bio ! Dans ce cas, il est temps pour vous d’avoir les notions de base. Cela vous aidera d’ailleurs à construire votre piscine vous-même et je vous assure qu’il n’y a rien de bien compliqué.

En piscine naturelle, il faut faire en sorte que la qualité de l’eau reste en équilibre. Cela se fait aisément au moyen de la technique de lagunage. Mais avant cela, laissez-moi vous rappeler les principaux composants d’une piscine écologique.

En fait, elle est constituée par 3 différentes zones :

  • La zone de baignade ;
  • La zone de périphérie ;
  • La zone d’oxygénation.

En ce qui concerne le premier cas, c’est-à-dire, la zone de baignade, comme son nom l’indique, c’est l’endroit où l’on se baigne. De ce fait, elle est celle qui occupe le plus d’espace. La seconde, aussi connue comme une zone de régénération, est moins profonde. C’est là où l’on perçoit diverses plantes, car elles permettront la filtration. Mais vous pouvez montrer votre sens de créativité en y insérant d’autres plantes décoratives. Enfin, la zone d’oxygénation, parfois représentée par une chute d’eau, expose l’eau aux UV naturels, mais encore, elle joue le rôle de désinfection.

Bref, l’eau circule donc entre ces trois zones lentement. Une pompe de gravité est ici requise, mais il ne reste plus qu’à voir les moyens d’entretenir une piscine naturelle !

L’entretien d’une piscine écologique

Il existe différentes manières d’entretenir une piscine en fonction de la situation climatique. Par exemple, en haute saison, c’est-à-dire, du mois d’avril au mois d’octobre, il faut surtout se pencher sur les filtres et veiller à ce qu’ils soient nettoyés de temps en temps. Pour cela, retirez les feuilles qui y sont présentes au moyen d’un aspirateur à piscine, par exemple. Vous pouvez également y avoir recours pour vous occuper des parois.

En revanche, vous devez faire autrement pendant la morte-saison. Un nettoyage occasionnel du bassin avec un aspirateur ou un robot peut suffire. Profitez également de ces mois pour tailler les plantes.